Aujac, Arre, randos avec ânes en Cévennes

Publié le - Avertir votre tribu Facebook - Prévenir vos followers Twitter


FavoriteLoadingDans votre bloc-notes (sous le calendrier)

Le Cheylard d’Aujac et son hameau privé

du XIIe siècle illustrent une évolution castrale s’étalant du Moyen Age à la Renaissance. Maintenant rénové, ce hameau du Cheylard sert comme autrefois à la vie du château.

Château construit par l’évêque d’Uzès et la famille d’Anduze, le Cheylard d’Aujac évolue de la tour carrée à la tour ronde jusqu’au XVIIe siècle. Le site du Cheylard a conservé son hameau annexe au pied de la résidence seigneuriale.

À VOIR, À FAIRE…

Résidence d’artisans, il est le cadre d’animations permanentes en été, avec salle audiovisuelle, boutique médiévale, musée, échoppes, espace restauration.

Site inscrit Monument historique, la sauvegarde simultanée du château et de son village castral assure une homogénéité à ce magnifique ensemble architectural et constitue un exemple rare de conservation. Habité jusqu’à aujourd’hui, il est l’objet de recherches scientifiques et de restauration. Accueil polyglotte, visite extérieure autonome, visite intérieure guidée, animations pour les scolaires : ateliers parchemins, blasons, conteur, forgeron, etc.

Accueil polyglotte, visite extérieure autonome, visite intérieure guidée, animations pour les scolaires : ateliers parchemins, blasons, conteur, forgeron, etc. Parkings gratuits au pied du site, parking handicapés aux portes du château.

Ouverture toute l’année, les dimanches et jours fériés de 14H à 18H. Du 1er juillet au 31 août, sauf le lundi, de 11H à 19H sans interruption. Fermeture annuelle de fin Toussaint à début Pâques sauf pour les groupes sur réservation.

Eglise  St-Martin d’Aujac 13e siècle ; 14e siècle (M.H) : À l’origine, c’est une simple nef romane en pierres de grès issues des carrières de Bedousses ou d’Aujaguet. Elle était entourée, au sud, du cimetière que l’on traversait pour entrer dans l’église (place de l’église actuelle) et de la maison du prieur (ancien presbytère). Le clocher était une fenêtre dans le mur de façade.
Au XIVe siècle, un mur d’enceinte clôture l’ensemble, protection des habitants pendant la guerre de 100 ans.
En 1479, le clocher peigne est construit à partir de l’ancienne façade, il déborde à droite pour pouvoir créer 4 fenêtres de cloches. L’escalier pour y accéder a été taillé dans l’épaisseur des murs, on le voit en entrant dans tribune.
Fin XVIIe siècle, deux chapelles latérales sont rajoutées pour répondre à un nouvel accroissement de la population. St-Joseph à gauche répondant à Ste Marie à droite. On bâtit une tribune, d’abord en bois, puis plus tard en pierres, mais moins bien construite que le bâtiment. Entre temps, la population d’Aujac était passée de 200 habitants à 800 environ.
Au XIXe siècle est bâtie la sacristie, et du XXe siècle, de beaux vitraux modernes dont l’un représente le manteau de saint Martin

LA CLÈDE Hameau des Bouschets Tél. 33 (0)4 66 61 18 90 • peyric.clede@wanadoo.fr Authentique séchoir à châtaignes entièrement restauré par un amoureux du travail artisanal, devenu le témoin de l’histoire paysanne des Cévennes.

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) : FORÊT DOMANIALE DU MAS DE L’AYRE : 5670 Ha Ce territoire, en grande partie classé en forêt domaniale, est inclus dans la zone périphérique du Parc National des Cévennes.  On note une activité sylvicole importante sur l’ensemble de la forêt. Celle-ci est parcourue par de nombreuses pistes et chemins qui desservent les parcelles de bois. Des routes et chemins permettent aussi l’accès à un habitat dispersé ou regroupé en petits villages (Ponteils-et-Brésis, Malons-et-Elze, Bonnevaux, Aujac…). Quelques pâturages et des prairies entourent les hameaux. Cette zone est située à cheval sur le nord du département du Gard, et les départements de la Lozère et de l’Ardèche, dans les Cévennes schisteuses. Elle comprend un ensemble de vallons et de crêtes acérées, séparées par des vallées. Dans les secteurs les mieux exposés et en basse altitude, se développent le Chêne vert (Quercus ilex) et le Chêne blanc (Quercus humilis) ; les milieux plus frais sont occupés par la châtaigneraie (à Castanea sativa). En haut des versants s’installe une futaie mixte de hêtres (Fagus sylvatica). Quelques peuplements de résineux, Pin sylvestre (Pinus sylvestris) et Pin laricio (Pinus nigra subsp laricio), se mêlent à ces grandes formations. Au-dessus de l’étage forestier, une lande à Callune (Calluna vulgaris), Bruyère (Erica sp) et Genêt purgatif (Cytisus purgans) colonise les crêtes escarpées (sommet de la Fage, lande de Bonnevaux). Au fond des nombreux vallons qui sillonnent ce territoire très forestier, coulent des torrents qui se jettent dans la Cèze au sud. Une partie de ces eaux sont retenues en aval de SÉNÉCHAS par un barrage artificiel. La délimitation du site est basée sur des critères liés à la végétation, aux activités humaines et à la topographie. Elle tient compte également du découpage administratif.  Les limites retenues englobent l’ensemble du versant sud de la forêt domaniale du mas de l’Ayre : – à l’est : le tracé correspond à la limite départementale avec l’Ardèche. – au nord, la limite passe en ligne de crête. – à l’ouest et au sud-ouest : la limite s’arrête à la Cèze.  Richesse patrimoniale : 1 – Faunistique : Les milieux escarpés et les falaises sont fréquentés par un rapace rare en France (400 couples en 1989 et 2 à 4 couples dans le Gard) ; oiseau protégé en France et dans la Communauté Européenne et inscrit sur le livre rouge des espèces menacées de France : le Faucon pélerin (Falco peregrinus). Les espaces ouverts abritent : le Busard Saint-Martin (Circus cyaneus), protégé en France et dans la Communauté Européenne et inscrit sur le livre rouge des espèces menacées de France. Cette espèce est en limite sud de son aire de répartition, environ une dizaine de couples dans le département. La forêt accueille des rapaces protégés en France et dans la Communauté Européenne et inscrits sur le livre rouge des espèces menacées de France : – l’Aigle botté (Hieraaetus pennatus) :   probablement nicheur mais cet aigle discret est mal connu des ornithologues – la Bondrée apivore (Pernis apivorus) – le Circaète-Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus) ainsi qu’une espèce protégée en France et dans la Communauté Européenne : le Pic noir (Dryocopus martius) : en expansion en France. 2 – Floristique : La flore comprend deux orchidées protégées sur le plan national : Spiranthes aestivalis : espèce également inscrite dans les directives européennes de Berne et dans la directive habitat, ainsi que sur le livre rouge de la flore menacée de France métropolitaine ; 5 stations répertoriées dans le département ; – Orchis coriophora : espèce inscrite sur le livre rouge de la flore menacée de France métropolitaine ; 14 stations répertoriées dans le département. et d »autres plantes rares dans la région : Osmunda regalis : 2 stations répertoriées dans le département – Campanula medium : moins de 10 stations répertoriées dans le département – Linaria pelisseriana. Outre la présence d’espèces rares et protégées, cette zone est d’un grand intérêt écologique. Dans cette vaste étendue peu artificialisée et entrecoupée de plusieurs vallées encaissées, la couverture forestière hétérogène et dense permet à la faune de trouver refuge et nourriture. Quelques boisements de hêtres sont remarquablement développés. Les crêtes dénudées sont favorables à la nidification d’oiseaux caractéristiques de milieux ouverts : traquet pâtre (Saxicola torquata), fauvettes (Sylvia sp). Par ailleurs ce type d’habitat naturel représente une richesse patrimoniale ; une directive CEE relative aux habitats de la faune et de la flore sauvages le mentionne comme étant un milieu en danger de disparition et qui nécessite une conservation.  Bibliographie – Source BOUSQUET G. – C.O.GARD – Communications orales. DABONNEVILLE F. – Botaniste – Communication orale. LOUIS C., WIENIN M. – Société de Protection de la Nature, section d’Alès – Communication orale. MEJEAN G. – Botaniste – Communication orale. Maîtrise d’ouvrage : Ministère de l’Environnement Maîtrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maîtrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maîtrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE montpellier)

office de tourismeLa maison du Parc national des Cévennes Belle maison du Parc national des Cévennes à l’histoire présentée lors de sa visite, qui contient le centre d’information du Parc, le siège administratif des agents de terrain de l’antenne mont Lozère et le centre de documentation et d ‘archives d’une étonnante richesse, librement accessible à tous les publics. En été vous pourrez flâner dans son très beau jardin ou assister a des projections vidéo dans ses caves voûtées. Toute l’année exposition permanente sur le mont Lozère et le Parc national. Centre de documentation et d’archives 18 000 documents référencés, des fonds privés, des microfilms d’état-civil. Ouvert à la consultation sur réservation 04 66 61 19 97. Accès libre et gratuit

3, Grand rue 30450 Génolhac Tél. : 04 66 61 19 97 – Télécopie : 04 66 61 29 40

Centre d’information du Parc Boutique – Exposition en saison estivale ( 01/07 au 31/08) ouvert du lundi au samedi de 10hà12h30 et de 15h à19h

GÉNOLHAC

Fait partie de la Communauté de Communes des Hautes Cévennes :

Aujac   |  Bonnevaux   |  Chamborigaud  |   Concoules  |   Génolhac  |   Le Chambon  |   Malons et Elze   |  Ponteils et Brésis   |  Sénéchas

177 habitants
Mairie" MAIRIE : place de la Mairie 30450 AUJAC –  Tél : 04 66 61 15 51
icon-walk.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-Logo
Aujac

chargement de la carte - veuillez patienter...

Aujac 44.350737, 4.014473

http://aujac.fr/

 

ARRE

Commune qui s’étend sur les deux rives de l’Arre, entre le Causse de Blandas et les Cévennes.

Sur la rive droite, le vieux village s’étage jusqu’au Cap d’Arre avec se maisons pittoresques, ses rue étroites et son pont médiéval.

L’ancien orphelinat et sa tour 1900 dominant curieusement ce sîte.

Sur la rive gauche, l’essor de la sériciculture, au 18ème siècle, a permis l’extension du village le long des axes de circulation, route puis chemin de fer. À ce sujet, consultez la base Palissy

289 habitants
Mairie" MAIRIE : place de la Mairie 30120 ARRE – Tél : 0 67 82 01 33
Navigation :

Laisser un commentaire