Bellegarde, vins des Costières et sa Clairette

Avertir votre tribu Facebook - Prévenir vos followers Twitter


FavoriteLoadingDans votre bloc-notes (sous le calendrier)

Nombreuses fêtes tout au long de l’année, aux portes de la Camargue,

le village est un haut lieu de la bouvine.

À VOIR, À FAIRE…

Traces d’un aqueduc romain. L’aqueduc de Bellegarde est daté du 1er siècle après J.C. Il est mentionné dans des textes depuis le VIIème siècle..( Voir le dossier de l’aqueduc antique de Bellegarde). Villa gallo-romaine. Sarcophages barbares non sculptés.

Tour de la Madone Bellegarde Château de Laval. Le mas Saint-Jean, ancienne commanderie des chevaliers de Saint-Jean.

Ancien prieuré Saint-Vincent de Broussan 12ème d’architecture romane, restaurée 17ème (MI). À ce sujet, consultez la base Palissy

Nombreuses fontaines, dont la fontaine « Des Lions » de 18

Moulins à eau. Moulin à huile de 1740, restauré de 2002 à 2004, il a maintenant une vocation pédagogique et, entre novembre et décembre, le lieu reprend vie…

La Tour de la Madone : faisait partie d’un important complexe fortifié datant du début du 13e siècle. Il s’agissait du castrum Bellae Gardae qui a donné son nom au village. La statue de la Vierge y a été installée en 1875. En été, est organisé en ce lieu un festival de guitare de plus en plus prisé.

De larges vues s’ouvrent sur la Camargue depuis les hauteurs qui dominent Bellegarde, notamment depuis la tour Notre-Dame, héritée du Moyen-Age.

En bordure de la N113, sur l’aire de repos aménagée, une cabane de gardian a été reconstruite, selon les techniques traditionnelles. Elle constitue l’un des rares témoignages de ce qui fut, jadis, l’habitat des bergers.

MUSÉE DE LA REMEMBRANÇO : Route de Beaucaire Ce lieu retrace l’histoire du village illustrée par la présentation d’outils agricoles et de pièces archéologiques. Une étonnante collection de boules, la 3ème de France, illustre la passion toute méridionale de ce jeu. Ouvert le 1er samedi du mois •

DES ACTIVITÉS…

Moto-cross CIRCUIT DE MOTO-CROSS « PISTE DE MOTOCROSS ET QUAD DE BELLEGARDE » :

Chemin de Pichegut – Surface : 10020.00 m² – Largeur : 6.00 m – Longueur : 1670.00 m – Utilisateurs : Club(s) – Individuel(s)

ModelismeAERO MODEL CLUB BELLEGARDAIS :

ZNIEFF Pêche : Sur les rives du ruisseau du Rieu, cours de pêche axés sur l’environnement et la connaissance de la vie aquatique. Prêt de matériel. 6 bis, rue des Arènes 30127 BELLEGARDE Tél. : 04 66 01 66 38

RandonnéesCIRCUIT DE RANDONNÉE PÉDESTRE Chemin de petite randonnée PR51  » À travers la costière »

LES MARCHÉS VENDREDI MATIN :

MarchésAimargues : Tout produit – Barjac : Tout produit – BELLEGARDE : Tout produit – Le Cailar : Tout produit – Dions : Alimentaire – Cendras : Tout produit – Gallargues : Tout produit – Générac : Tout produit – Générargues : Tout produit – Jonquières : Alimentaire – Lasalle : Tout produit – Mialet : Alimentaire – Molières : Tout produit – Mus : Alimentaire – Remoulins : Tout produit – Rousson : Alimentaire – Saint-Hippolyte-du-Fort : Tout produit – Saint-Laurent-d’Aigouze : Tout produit – Saint-Quentin : Alimentaire – Salindres : Tout produit

TERRE DE VIGNOBLES :

Les Costières-de-nîmes sont une appellation d’origine contrôlée faisant partie du vignoble de la vallée du Rhône. Située à l’extrême sud-ouest de la vallée du Rhône, juste au dessus de la Camargue, cette appellation produit principalement des vins rouges et rosés. Ces vins ont intégré les AOC en 1986. L’appellation portait le nom « costières-du-gard » avant de devenir « costières-de-nîmes » en 1989.

Les galets appelés localement « Gress »caractérisent le plateau des Costières. On trouve également dans ces sols un lit d’argile rouge appelé « gapan », situé parfois en surface, mais le plus souvent en profondeur. Le « Taparas », sorte de ciment calcaire, lie quant à lui, les galets entre eux.

Logo Costières de Nîmes24 communes du Gard produisent des vins d’appellation  » Costières de Nîmes » : Aubord, Beaucaire, Beauvoisin, Bellegarde, Bernis, Bezouce, Bouillargues, Le Cailar, Caissargues, Garons, Générac, Jonquières-Saint-Vincent, Lédenon, Manduel, Meynes, Milhaud, Nîmes, Redessan, Rodilhan, St-Gilles, Sernhac, Uchaud, Vauvert , Vestric-et-Candiac

Par ailleurs,  BELLEGARDE peut s’enorgueillir de produire sur une quarantaire d’Ha, un vin blanc classé A.O.C : LA CLAIRETTE DE BELLEGARDE

– A déguster avec des coquillages et crustacés, ou un poisson blanc de rivière, ou pour accompagner un fromage de chèvre, ou encore un dessert glacé.

Aux marges de Beaucaire, et jusqu’à la hauteur de Bellegarde, la vigne est encore dominante, occupant les terres grises alluviales, et piquée par endroits de vergers de fruitiers. Elle se développe sur de grands domaines, marqués par des mas isolés entourés d’arbres et par des haies éparses de cyprès.

A la hauteur de St-Gilles, le paysage se modifie radicalement avec la présence de grands vergers, cloisonnés et serrés, qui occupent la mince bande de plaine entre le coteau de la Costière et le Petit Rhône;

Créé dans les années 1950-1960, le canal d’irrigation du Bas-Rhône-Languedoc serpente au pied du rebord de la Costière, isolant même la colline de Saint-Gilles des pentes à l’amont. Les eaux du Rhône s’y écoulent par gravité jusqu’à Pichegu, au pied du coteau de la Costière entre Saint-Gilles et Bellegarde.

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) BOIS DE VALESCURE : 56 Ha . Un bâtiment appartenant au mas Durat a été construit au sud du périmètre. Le paysage est marqué par des anciens layons qui matérialisent le parcellaire forestier. Ce petit bois de chênes verts et de chênes pubescents est situé au nord-ouest de Bellegarde dans les coteaux méridionaux des costières du Gard. Il est inséré dans une grande plaine cultivée. Des friches et une garrigue accompagnent ces boisements, en particulier au sud. Deux sources jaillissent au coeur du site. La délimitation du site est claire. La limite retenue englobe l’ensemble des boisements bien identifiés au sein de la zone agricole environnante, et évite les principales habitations (mas Durat, Valescure). Richesse patrimoniale : Ce bois accueille deux oiseaux peu communs, protégés en France et dans la Communauté Européenne : l’Engoulevent d’Europe – la Chouette effraie et des rapaces nocturnes uniquement protégés : le Hibou moyen-duc – la Chouette hulotte  Outre la présence d’oiseaux peu courants et protégés, cette zone offre un intérêt écologique. Cet ilôt forestier est favorable à la nidification de nombreuses espèces des garrigues boisées méditerranéennes. Il apporte un élément de diversité dans l’espace cultivé. La faune y trouve refuge et nourriture. Bibliographie – Source BOUSQUET G., ANOTTA J.P., – C.O.GARD – Communications orales. Maîtrise d’ouvrage : Ministère de l’Environnement Maîtrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maîtrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maîtrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE montpellier).

UN ENVIRONNEMENT À PROTÉGER

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) LA COSTE ROUGE : 3 Ha . Cette ancienne gravière est située au nord-ouest de Bellegarde, dans les Costières du Gard. Elle comprend un petit plan d’eau autour duquel se développent des typhas et des roseaux . Des friches et quelques arbres isolés occupent le reste de l’espace. La délimitation du site est claire. La limite retenue englobe l’ancienne gravière, limitée au nord par une autre gravière en activité, au sud par des cultures et à l’ouest par une route. Richesse patrimoniale : Ce milieu accueille des oiseaux rares, protégés en France et dans la Communauté Européenne et inscrits sur le livre rouge des espèces menacées de France : le Butor blongios : en très forte régression dans toute l’Europe. Ses effectifs sont passés de 1300 couples en 1970 à 400 en 1983 – le Rollier d’Europe – le Héron pourpré – le Héron bihoreau – le Martin pêcheur ainsi que des oiseaux peu communs, protégés sur le plan national : – le Grèbe castagneux – le Guêpier – le Héron cendré. Chez les amphibiens, on recense le Pélobate cultripède : espèce très localisée. Outre la présence d’espèces peu communes et protégées, cette zone offre un intérêt écologique. Le plan d’eau permanent accompagné d’une roselière représente un milieu riche et peu courant dans cette région méditerranéenne sèche. Il attire une avifaune nicheuse diversifiée et rare. Bibliographie – Source BOUSQUET G., ANOTTA J.P. – C.O.GARD – Communications orales. Maîtrise d’ouvrage : Ministère de l’Environnement Maîtrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maîtrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maîtrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux ;

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) BOIS DES SOURCES : 46 Ha . Une seule des deux gravières qui jouxtent la zone au sud est encore en activité. Quelques chemins traversent le site ; certains permettent l’accès à des habitations incluses dans le périmètre (dépendances du château de Laval) ou à des mas proches (mas des Sources, Haut Broussan, mas Laval). Cette zone forestière est située au nord-ouest de Bellegarde, dans les costières du Gard. Elle est composée d’une ripisylve fournie qui borde un ruisseau à gros débit. Des taillis de chênes verts et de chênes blancs se développent dans les milieux plus secs. À l’ouest du périmètre, on note une prairie humide. Autour du château Laval, situé à proximité du territoire, quelque s conifères complètent les boisements de feuillus. A l’ouest du site, deux sources importantes donnent naissance au cours d’eau. La limite retenue englobe la ripisylve et les taillis qui contrastent avec les cultures et les gravières environnantes. Richesse patrimoniale : Ce milieu accueille une espèce peu commune, protégée en France et dans la Communauté Européenne et inscrite sur le livre rouge des espèces menacées de France : le Rollier d’Europe ; ainsi que des oiseaux forestiers protégés sur le plan national : le Coucou-Geai : inscrit sur le livre rouge – le Loriot d’Europe – Le Pic épeiche – le Pic vert. Outre la présence d’oiseaux peu courants et protégés, cette zone offre un intérêt écologique et paysager. Les formations arborescentes qui bordent les cours d’eau contrastent avec la végétation xérophile caractéristique en région méditerranéenne. Cette forêt est composée d’espèces originaires des régions tempérées et constitue une enclave biogéographique d’un grand intérêt écologique. Les arbres y sont bien développés. Les ripisylves sont des zones d’accueil et de refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales, parfois rares, qui recherchent la fraîcheur et l’humidité, ainsi que des zones de repos pour les oiseaux migrateurs. Ce secteur présente une avifaune très diversifiée. Par ailleurs, représentant l’interface entre le cours d’eau et les zones riveraines, les ripisylves forment une zone « tampon » qui isole le ruisseau des milieux plus artificialisés ; elles créent aussi une « coupure verte » au sein de la plaine agricole. Bibliographie – Source BOUSQUET G., ANOTTA J.P. – C.O.GARD – Communications orales. Maîtrise d’ouvrage : Ministère de l’Environnement Maîtrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maîtrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maîtrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE montpellier)



office de tourisme

 

 

 

Fait partie de la Communauté de Communes  » Terre d’Argence » :

Jadis, ce territoire qui semble naître dans les textes à partir de 825 se situait au sud-est de Bellegarde. Il était borné à l’est par le Rhône, à l’ouest par Bellegarde, Manduel, Redessan, au sud par le petit Rhône au nord par le Gardon. Relevant principalement du diocèse d’Arles, il comprenait 11 paroisses dont, outre des lieudits aujourd’hui disparus, celles de Beaucaire, Fourques, Comps, Jonquières, Meynes. D’Argence, seuls subsisteront à partir du XIIIème les lieudits de Grande et Petite Argence. Aujourd’hui, depuis 2002, c’est l’appellation donnée au territoire de la communauté de communes constituée par :

Beaucaire  |  Bellegarde  |   Fourques  |   Vallabrègues  |  Jonquières St-Vincent

COMMUNES CONCERNÉES PAR CES UNITÉS DE PAYSAGE :

Aubord Beaucaire Beauvoisin Bellegarde Bernis Bezouce Bouillargues Caissargues Comps Garons Générac Jonquières-St-Vincent Langlade Lédenon Manduel Marguerittes Meynes Milhaud Montfrin Nîmes Redessan Rodilhan Saint-Gervasy St-Gilles Uchaud Vauvert Vestric-et-Candiac

Beaucaire Beauvoisin Bellegarde Fourques Générac Le Cailar St-Gilles Vauvert

 6109 habitants

Mairie"MAIRIE : Hôtel de ville pl. Charles de Gaulle 30127 BELLEGARDE Tél : +33 4 66 01 11 16

icon-walk.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-Logo
Bellegarde

chargement de la carte - veuillez patienter...

Bellegarde 43.753856, 4.514152
Navigation :

Laisser un commentaire