Sommières, la médiévale, bord du Vidourle

Publié le - Avertir votre tribu Facebook - Prévenir vos followers Twitter


FavoriteLoadingDans votre bloc-notes (sous le calendrier)

Les celtes avaient construit l’oppidum de Midrium.

Sommières devint une une ville d’importance grâce au pont construit par les Romains qui améliorérent la Via Luteva, qui part de Nemausus ( de la Porte d’Espagne, dite de nos jours Porte de France), traverse la Vaunage et vient buter contre le Vidourle à Midrium. Le pont était indispensable pour se rendre à Toulouse et Lodève.

Pont romain 1er siècle après J.-C.: 17 arches, 189 m de longueur et tours d’extrémité. Commencé vers l’an 19 et achevé vers l’an 31.

De 720 à 759, les wisigoths s’établissent sur la rive gauche, élevent 3 tours entourées de remparts. Cette forteresse se nomme Sumidrium.

Ses origines sont étroitement liées à celles de la maison d’Anduze et de Sauve…

En partie détruite plus tard par les Francs et les Sarrasins, la tour centrale et la tour sud seront consolidées et entourées d’une enceinte vers 1024 par Bernard I, seigneur d’Anduze. Vers 1080, Raimond III de Toulouse qui craint l’essor des Bernard de Sommières, fait raser la tour centrale. C’est la Tour sud de 80 m de haut qui subsiste aujourd’hui.

Sommières est annexée par St Louis au domaine royal en 1248, à l’occasion de la croisade contre les Albigeois. La tour est, depuis lors, dite Tour Royale. Théâtre de deux batailles entre les armées de Louis XIII et les protestants du duc de Rohan.

À VOIR, À FAIRE…

La Tour Royale faisait partie des chaînes cévenoles de signalisation par le feu : celle des seigneurs d’Anduze-Sauve jusqu’en 1243 ( Chaîne Sommières – Anduze – St-Laurent-de-Trèves, en Lozère).

La chaîne proprement dite comprend la tour royale de Sommières, les tours de Villevieille (100m) , de Sardan (100m, 5×5) de Thoiras ( cette tour-relais fut détruite à l’explosif à la révolution) et les tours de Sandeyran (191m) à Tornac, tour de Peyre du château de Beauvoir à Soudorgues, une petite tour sur la crête de St-Roman, les hauteurs du château Roquehaulte ( aujourd’hui ruiné) à Bragassargues, les hauteurs du château des Gardies, dont les signaux pouvaient se voir depuis le rocher St-Julien d’Anduze, siège du château primitif et les hauteurs du château de Montsauve ( le château était situé sur le sommet dominant le confluent des gardons de St-Jean-du- Gard et de Mialet.

Vestiges préhistoriques et antiques : Stations de la Montade, du mont Redon et de Calès : céramique du chalcolithique.

Voie verte de la Vaunage au SommieroisVOIE VERTE DE LA VAUNAGE ET DU SOMMIÈROIS : 21 kilomètres d’un circuit familial et tranquille ouvert à toutes les « machines » roulantes : vélos, rollers, fauteuils roulants, poussettes, …
elle suit le tracé d’une ancienne voie de chemin de fer. Cette piste cyclable offre un merveilleux axe de découverte. Loin de toute circulation routière, elle traverse de fabuleux paysages en toute sécurité.
Tout au long de son parcours, elle propose des connexions avec des chemins de randonnée déjà existants pour multiplier à loisir les possibilités de découverte.
LES COMMUNES RELIÉES : CAVEIRAC – ST-DIONISY – LANGLADE – NAGES-ET-SOLORGUES – CALVISSON – CONGÉNIES –  AUJARGUES – VILLEVIEILLE – SOMMIÈRES

Village médiéval dont la visite s’impose : maisons anciennes 13ème, 16ème, 17ème et 18ème, ruelles étroites, passages voûtés, restes des remparts, portes fortifiées, toits de tuiles romaines.

  • Place du Marché 12ème à arcades (SC).
  • Beffroi 15ème (IMH) ou porte de l’Horloge.
  • Hôtel de ville 18ème.
  • Tour carrée 10ème (IMH).
  • Ancien couvent des récollets 17ème. Ruines d’un château 13ème (cité au 10ème) : remparts, tour carrée. Château du Puech Bouquet. Château de Calès. Vue du château sur le pic Saint-Loup. Couvent des ursulines 1660. Temple, ancienne église des cordeliers 1630, jusqu’au 19ème.
  • L’église :  édifice néo-gothique construite à l’emplacement d’une chapelle romane primitive. Le temple est lui bâti au XVIIIe s. à l’emplacement d’une église romane détruite lors des troubles religieux du XVIe s.

Sommières organise chaque année, en avril, une magnifique fête médiévale. Quant à sa fête votive, elle se déroule durant  9 jours, fin juillet-début août.

LES MARCHÉS  SAMEDI MATIN

Aigues-Vives : Alimentaire – Bernis : Alimentaire – Bezouce : Alimentaire – Caissargues : Tout produit – Garons : Tout produit – Caveirac : Tout produit – Grand-Combe ( La) : Tout produit – Langlade : Alimentaire –  Marguerittes : Tout produit – Milhaud : Tout produit – Monoblet : Tout produit – Orsan : Tous produit – Sauve : Tout produit – SOMMIÈRES : (En soirée en juillet et août) Tout produit – Valleraugue : Tout produit – Vauvert : Tout produit – Le Vigan : Tout produit – Villeneuve-lez-Avignon : Tout produit – Uzès : Tout produit

BROCANTES & VIDE-GRENIERS  SAMEDI MATIN

AIGUES-MORTES : (En haute saison) Exposants pros-non pros – COURRY : Marché aux puces – LÉDIGNAN : Marché aux puces – : Brocantes et puces – ST-CHRISTOL-LES-ALÈS : Marché aux puces – SOMMIÈRES : Brocantes et puces, Exposants pros-non pros -VILLENEUVE-LES-AVIGNON : Brocante et puces

 

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) PLAINE DE SALINELLES : 344 Ha Cette plaine, en grande partie cultivée, est parcourue par de nombreux chemins agricoles et des voies secondaires dont l’une dessert l’église de Saint-Julian, au nord-est du site. La D35, bordée d’habitations, passe au nord-est. Cette plaine est située au nord-ouest de SOMMIÈRES. La végétation y est constituée de milieux ouverts ou semi-ouverts : grandes cultures, vignes, prairies, jachères, friches. Une végétation arbustive s’installe le long de certains cours d’eau temporaires ou des roubines qui sillonnent cet espace. Une source jaillit au nord-est. La délimitation du site n’est pas toujours très nette. Elle repose sur des critères liés à la végétation et aux activités humaines. La limite retenue englobe la plus grande partie des milieux ouverts de la plaine. Elle coïncide avec des voies de communication (à l’ouest, au nord-est) et avec le parcellaire agricole. Elle évite de grandes surfaces de vignes et des garrigues boisées (à l’est).  Ce milieu accueille plusieurs espèces d’oiseaux rares caractéristiques des milieux ouverts, protégés en France et dans la Communauté Européenne et inscrits sur le livre rouge des espèces menacées de France : l’Outarde canepetière : en nette régression en France par suite de la disparition des steppes herbeuses – l’Oedicnème criard ainsi que le Faucon hobereau , espèce non protégée sur le plan européen mais en forte régression.  Outre la présence d’espèces rares et protégées, cette zone offre un intérêt écologique. Ces biotopes sont favorables à la nidification de nombreuses espèces des milieux ouverts. La régression générale en France de ces milieux entraîne la raréfaction de ces espèces. Bibliographie – Source BOUSQUET G. – C.O.GARD – Communications orales. Maîtrise d’ouvrage : Ministère de l’Environnement Maîtrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maîtrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maîtrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE montpellier)

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) :  Ce site subit une fréquentation diffuse et ponctuelle liée essentiellement à des activités de loisirs : base de canoë-kayak à Boisseron – baignade – pêche ; fréquentation touristique à hauteur du pont romain et du site d’Ambrussum.  En aval de Sommières, le Vidourle entre dans la plaine agricole de l’Hérault et du Gard. La pente est moins forte et son cours devient plus sinueux. Les berges du cours d’eau sont occupées par une ripisylve linéaire d’une grande diversité tant au niveau de sa structure que des essences qui la composent. Les espèces dominantes sont : le Frêne, le Peuplier noir, le Saule , le Platane et la Canne de Provence auxquelles s’ajoutent parfois des bosquets à Peuplier blanc. Le sous-bois est particulièrement luxuriant interdisant souvent l’accès à la rivière. Ponctuellement, par exemple à hauteur de Massereau, la ripisylve s’élargit à la faveur d’un méandre ou d’un bras mort et atteint jusqu’à 200 m de part et d’autre du cours d’eau. Le site de la Roque d’Aubais où le cours d’eau, surplombé par des falaises,est très encaissé accroît la diversité paysagère de cette région par ailleurs relativement homogène. La délimitation du site s’appuie sur des critères liés à l’occupation des terres et à la nature de la végétation. La limite retenue englobe l’ensemble de la ripisylve inférieure du Vidourle qui possède un développement significatif depuis ommières jusqu’au pont de Lunel. Au-delà, le cours d’eau est endigué, la végétation des berges est fortement réduite et perd ainsi de son intérêt écologique. Les formations arborescentes qui bordent les rivières contrastent avec la végétation xérophile habituelle de la région méditerranéenne. Cette forêt-galerie, composée d’espèces originaires des régions tempérées, constitue une enclave biogéographique d’un grand intérêt écologique. Les ripisylves sont, en effet, des zones d’accueil et de refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales parfois rares qui recherchent la fraîcheur et l’humidité ainsi que des zones de repos pour les oiseaux migrateurs. De plus, la ripisylve est souvent la seule matérialisation paysagère du tracé de la rivière. Les difficultés d’accès au cours d’eau l’ont jusque là préservée des dégradations et il est rare dans la région d’observer une telle continuité de végétation rivulaire. De surcroît, contrairement à celles de la plupart des rivières de la plaine languedocienne,elle n’a pas été dégradée par l’implantation de gravières.

Bibliographie – Source B.R.L., I.A.R.E., – L’aménagement et la gestion du Vidourle. Syndicat mixte pour l’aménagement et la mise en valeur du Vidourle et de ses affluents. Rapport de phase I : recueil des données. LHERITIER J.N. – Université Paul Valéry – Montpellier. Communication orale. Maîtrise d’ouvrage : Ministère de l’Environnement Maîtrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maîtrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maîtrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE Montpellier).

COMMUNES CONCERNÉES PAR CETTE UNITÉ DE PAYSAGE :

Aigues-Vives Aspères Aubais Aujargues Bragassargues Brouzet-lès-Quissac Calvisson Cannes-et-Clairan Carnas Combas Congénies Corconne Fontanès Gailhan Gallargues-le-Montueux Junas Lecques Liouc Montmirat Montpezat Mus Orthoux-Sérignac-Quilhan Puechredon Quissac St-Clément St-Côme-et-Maruéjols St-Théodorit Salinelles Sardan Sauve  Souvignargues Vergèze Vic-le-Fesq Villevieille

4505 habitants
Mairie" MAIRIE : 27 quai Gaussorgues BP 72002 30250 SOMMIERES Tél 04 66 80 88 00
icon-walk.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-Logo
Sommières

chargement de la carte - veuillez patienter...

Sommières 43.783450, 4.089738
Navigation :

Laisser un commentaire