Le mercredi 4 décembre 2019 . Bienvenue à Nîmes, dans le Gard

Nemausus.com

Nîmes. Le Gard. Où sortir, que voir, que faire ?

Sponsors :

Campestre-et-Luc, sur les Causses des Cévennes.

Partage Facebook
| Paru, le : 27 novembre 2010
Loading
😍 Cet article dans votre bloc-notes

Sur l’ensemble Causse de Blandas – Causse de Campestre,

qui prolonge le Causse du Larzac de l’autre côté des gorges de la Virenque et des gorges de la Vis.

Le causse de Blandas accueille aujourd’hui trois villages : Rogues, Blandas, Montdardier, celui de Campestre étant occupé par un seul village : Campestre-et-Luc, auquel s’ajotent des fermes ou hameaux isolés. Le bâti traditionnel, fait de pierres sèches et de lauze sur les toitures, a le plus souvent cédé la place à des bâtiments d’habitat ou d’activité agricole beaucoup plus banals, sans qualité particulière.

(Photo : Agence Follea-Gautier)

Sur les flancs des puechs, des traces de terrasses sont localement encore visibles, témoignant d’une emprise plus grande des hommes sur l’espace des causses dans le passé.

À VOIR, À FAIRE…

Dolmens. Dolmen dit Peyre de Cabusso Ludo ( M.H ) du néolithique.

Monument mégalithique formé d’une ou de plusieurs dalles de couverture soutenues par des piliers formant les parois d’une chambre funéraire.

La plupart des dolmens étaient enfouis dans des tumulus architecturés, présentant un système de parements en pierres sèches, visibles en partie de l’extérieur. L’accès aux chambres funéraires, qui recevaient plusieurs défunts, se faisait généralement par un couloir scellé après usage.

La grande variété des dolmens rencontrés en Europe (de l’Irlande au Caucase), en Asie (Inde) et en Afrique (Afrique du Nord-Éthiopie) empêche d’établir entre eux des relations trop précises. Les plus anciens (Bretagne, Poitou, sud de la péninsule Ibérique) datent de la fin du Ve millénaire avant notre ère. Les grands dolmens mégalithiques à couloir : « la Table des Marchands » à Locmariaquer, le dolmen de Gavrinis, ou celui de New Grange, au N. de Dublin, remontent au IVe millénaire.

DANS LE GARD : Dolmen d’ARRIGAS – de MÉJANNES-LE-CLAP – du Vigan ( 4 dolmens) – Nécropoles de LAMELOUZE ( 8 coffres et domens ) et de SOUSTELLE ( 8 dolmens ) – Dolmens des Charbonniers et du Tonnerre à ROCHEGUDE — Dolmens des Arques de Regos, de Flouirac et du Planas sur le Causse de BLANDAS

Sépultures de l’âge du Fer. Occupation romaine : tombes.

Château de Grailhe ou de Lamanderie fin 16ème.

Elevage de brebis, qui fournissent le lait pour la fabrication du Roquefort.

ZNIEFF Baignades : HÉRAULT – DOURBIE – TRÉVEZEL- LA VIS

Randonnée ARPAILLARGUES dans le GardMagnifiques sentiers et chemins de randonnée ( GR 71, GR 7), nombreux gîtes ruraux

UN ENVIRONNEMENT EXCEPTIONNEL, DES ESPACES GRANDIOSES

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) CAUSSE DE CAMPESTRE ET LUC : 3557 Ha Le paysage est fortement marqué par les activités d’élevage.  Quelques routes relient un habitat dispersé (D273, D 273a, D 270, D270a, D270b). De nombreux chemins et sentiers de randonnée pédestre, dont le GR 71, complètent le réseau routier.  Le causse de Campestre-et-Luc est situé à l’extrémité occidentale du département du Gard. Il s’étend également sur le département de l’Aveyron. Comme les autres causses, il se caractérise par l’absence de cours d’eau en surface, l’ensemble du réseau hydrologique souterrain réapparaissant sur ses pourtours.  Deux grands types de milieux peuvent y être observés : les collines calcaires, de forme arrondie, et les dépressions argileuses (dolines).  La végétation est essentiellement composée par : des pelouses xériques dont les especes dominantes sont : Brachypodium pinnatum et Bromus erectus ; des landes à Buis et Genévrier – des landes boisées et des taillis de Chêne pubescent – des plantations de Pin noir.  Les pelouses sont particulierement répandues dans la moitié nord du causse, tandis qu’au sud des boisements importants montent à l’assaut des collines. Le plateau est creusé de nombreux avens notamment dans sa partie sud.  Le paysage est fortement marqué par les activités d’élevage. Quelques routes relient un habitat dispersé (D273, D 273a, D 270, D270a, D270b).   La délimitation du site est basée essentiellement sur des criteres géomorphologiques, paysagers, et administratifs. Les limites retenues englobent la totalité du plateau caussenard : – au nord-ouest : le tracé correspond à la limite départementale. à l’ouest et au sud : la limite est constituée par les gorges de la Virenque – à l’est : elle suit les gorges de la Vis et au nord-est la vallée de Valcroze.  Richesse patrimoniale :  1 – Floristique : Parmi les plantes les plus rares, on peut citer :   Gagea pratensis : espece protégée, inscrite sur le livre rouge des plantes menacées de France métropolitaine et possédant 1 station seulement dans le département – Jurinea humilis : espece protégée, inscrite sur le livre rouge des plantes menacées de France métropolitaine dont seulement 4 stations ont été trouvées dans le département – Camelina microcarpa : 2 stations dans le département – Plantago argentea : 5 stations dans le département – Asplenium scolopendrium – Polypodium vulgare.  2 – Faunistique : Parmi les especes rares ou menacées nichant sur le plateau, on trouve : Dans les cultures ouvertes et les pelouses des dépressions : l’Outarde canepetiere et l’Alouette calandrelle : espèces protégées en France et dans la Communauté Européenne et inscrites sur le livre rouge des espèces menacées de France. Dans les steppes ou les landes à buis : le Busard cendré et le Busard Saint-Martin : espèces protégées en France et dans la Communauté Européenne, inscrites sur le livre rouge des especes menacées de France. Elle sont en forte régression dans toute l’Europe. Le Busard Saint-Martin, rare en zone méditerranéenne, atteint dans le Gard, la limite sud de son aire de répartition. Le Busard cendré est, par contre, assez répandu dans le département. Sur des centaines d’hectares, le causse de Campestre-et-Luc ne possède que de très peu d’éléments d’artificialisation notables hormis la présence de quelques zones urbanisées et de cultures. Le caractère très dispersé et extensif de ces activités procure au site un aspect naturel marqué. Il constitue une entité paysagère originale et pittoresque : pelouses rases sur de grandes surfaces, vastes espaces désertiques vallonnés, paysage ruiniforme dolomitique, architecture traditionnelle intégrée au paysage. C’est un réservoir très riche et diversifié pour la faune et la flore.C’est ainsi que sur le plan faunistique, on y observe la présence de populations d’oiseaux rupestres et de milieux ouverts : especes bien souvent rares ou en régression du fait de la disparition de leur biotope. Enfin, les reliefs spectaculaires, les nombreux avens et mégalithes conferent à ce territoire un grand intérêt sur les plans géologique, géomorphologique et archéologique.

Bibliographie – Source BERNARD Ch. – Botaniste – Communication orale. BOUSQUET G. – C.O.GARD – Communication orale. CORRE J.J., – Especes rares et menacées du Gard – Conservatoire Botanique de Porquerolles. RICAU B. – A.V.E.N. – Communication orale. WIENIN M., – Société de Protection de la Nature, section d’Ales. – Communications orales. Maîtrise d’ouvrage : Ministere de l’Environnement Maitrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Matrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maitrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE Montpellier).

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) ABÎME DE SAINT-FERRON : < 1Ha Une partie de l’aven a autrefois été utilisée comme cave à fromage.

Situé sur le causse de Campestre, au sein d’une plantation de pins noirs , cet aven profond est prolongé par une galerie qui débouche à l’air libre.

Ce site est strictement limité à la partie souterraine et à l’ouverture aérienne de l’abîme.

Richesse patrimoniale : Le microclimat frais et humide de l’entrée de l’aven permet d’accueillir plusieurs espèces végétales ombrophiles rares sur le causse, parmi lesquelles on peut citer : Asplenium scolopendrium – Polypodium vulgare.

Outre la présence d’une flore rare, ce territoire offre : un grand intérêt paysager et géomorphologique : il s’agit d’un aven remarquable, profond, prolongé par une galerie – un intérêt écologique : ce milieu frais et humide est favorable aux espèces végétales ombrophiles.

Bibliographie – Source WIENIN M. – Société de Protection de la Nature, section d’Alès – Communications orales Maîtrise d’ouvrage : Ministère de l’Environnement Maîtrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maîtrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maîtrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE montpellier)


ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) GORGES DE LA VIRENQUE ET DE LA VIS EN AMONT DE VISSEC : 552 Ha Seule la vallée de la Vis est parcourue par une route en bordure de la rivière et présente quelques habitations isolées.

Dans la vallée de la  Virenque, une source a été captée. Cette zone est située dans la partie amont des Gorges de la Vis. entre les causses du Larzac, de Blandas et de Campestre-et-Luc.

Elle se compose de deux rivières confluentes, au cours intermittant, qui ont creusé dans les plateaux calcaires des causses deux canyons remarquables. Ces deux canyons sont semblables par leur dimension : 750 m de large par la Vis et 500 m pour la Virenque ; leur profondeur, de 200 m vers le point de confluence s’amenuise en amont. Les versants des gorges sont constitués par une assise de falaises calcaires discontinues pouvant atteindre 30 m de haut en bordure du plateau, puis d’une pente très forte (60 %) présentant souvent des escarpements rocheux. Les eaux souterraines de ces deux cours d’eau réapparaissent en aval de Vissec, au niveau de la résurgence des sources de la Foux.La végétation des versants est constituée de futaies irrégulières et de taillis de Chêne pubescent de lande à Buis et à Amélanchier et de pelouse à Brachypode.

La délimitation de la zone est basée sur des critères géomorphologiques et englobe l’ensemble des escarpements rocheux intéressants. La limite suit généralement le rebord des plateaux de part et d’autre des vallées, elle englobe aussi la zone du Tibelet, au nord de Vissec, qui présente une ligne de corniches remarquables. Au sud, le cours de la Virenque constitue la limite.

Richesse patrimoniale :

Aigle royalCette zone abrite un des 3 couples d’Aigle royal (Aquila chrysaetos) des gorges de la Vis et de la Virenque, espèce rare qui compte 250 couples en France et 15 couples au sud du Massif-Central.

Aigle royalElle abrite aussi un couple de Hibou grand-duc , ainsi que les espèces habituelles des escarpements calcaires telles que le Faucon crécerelle , le Martinet alpin et l’Hirondelle de rocher.

Les pelouses sont ici particulièrement riches sur le plan entomologique, et abritent deux lépidoptères rares : l’Apollon : espèce protégée – la Diane.

Le site de confluence des deux canyons constitue un ensemble paysager remarquable et original, et les gorges de la Virenque, vierges de toute voie de communication, ont gardé un caractère particulièrement sauvage.

L’absence de cours d’eau permanent, à l’origine du toponyme de Vissec, apporte aussi une certaine originalité à ce site.Enfin, les escarpements rocheux sont des zones d’accueil, d’abri et de nidification pour une avifaune spécifique donc à aire très localisée.

Bibliographie – Source AVEN – G.R.I.V.E – Valorisation des potentialités floristiques et faunistiques et protection du patrimoine naturel de la région de Navacelles. CAUE.

office de tourismeL’OFFICE DE TOURISME PAYS VIGANAIS : Maison de Pays Place du Marché – BP 21001 30123 LE VIGAN CEDEX 00 33 (0)4 67 81 01 72 / Fax : 00 33 (0)4 67 81 86 79

Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h, le samedi de 8h30 à 13h. * En saison du lundi au samedi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 19h, le dimanche et jours fériés de 10h à 13h.

 LES COMMUNES DU PAYS VIGANAIS :

Alzon   |  Arphy  |   Arre   |  Arrigas   |  Aulas  |   Aumessas   |  Avèze  |   Bez et Esparon  |   Blandas   |  Bréau-et-Salagosse   |  Campestre et Luc  |   LE VIGAN   |  Mandagout   |  Mars  |  Molières – Cavaillac  |   Montdardier   |  Pommiers   |  Rogues  |   Roquedur   |  St Bresson   |   St Laurent Le Minier   |  Vissec

111 habitants
Mairie" MAIRIE : Le Bourg 30770 CAMPESTRE ET LUC Tél: 04 67 88 01 35
icon-car.pngFullscreen-Logo
Campestre et Luc

chargement de la carte - veuillez patienter...

Campestre et Luc 43.953212, 3.420004

Catégorie(s) de cet article : Villes et villages du Gard

« Rogues, cernée par les gorges de la Vis. Vue sur les massifs cévenols | Le Grau du roi, ouverture sur la Méditerranée »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.