Le dimanche 15 décembre 2019 . Bienvenue à Nîmes, dans le Gard

Nemausus.com

Nîmes. Le Gard. Où sortir, que voir, que faire ?

Sponsors :

Personnalités et Célébrités du Gard. … Suite.

Partage Facebook
Jean Reboul
| Paru, le : 16 novembre 2010
Loading
😍 Cet article dans votre bloc-notes

Ils ont marqué leur époque

Ils sont rentrés dans l’Histoire

Montcalm Louis-JosephMontcalm Louis-Joseph de, marquis de : 28 février 1712 – 14 septembre 1759, seigneur de Saint-Veran, Candiac, Tournemine, Vestric, Saint Julien, et Arpaon, baron de Gabriac, lieutenant général, des armées en Nouvelle-France, né au château de Candiac Il servit en Europe et fut envoyé au Canada en 1756 avec le rang de maréchal de camp afin de commander les troupes française de la colonie.

nimeno II Montcouquiol Christian : célèbre torero nîmois connu sous le nom de Nimeño II, il décède en 1991 en se donnant la mort après avoir été grièvement blessé par un taureau Miura dans les arènes de Nîmes le 10 septembre 1989. Une statue le représentant est érigée sur le parvis des arènes nîmoises.

Natoire : (1700-1745), peintre, né à Nîmes, fut longtemps directeur de l’école française de Rome. Il a laissé de nombreuses oeuvres picturales.De son vivant, Natoire était mis à l’égal de François Boucher. Directeur de l’Académie de France à Rome de 1751 à 1775, il jouit d’une grande autorité dans le monde artistique.

Nicot Jean Nicot Jean : cet érudit et diplomate nîmois a introduit le tabac en France.

Paulet Jean : (XVIII°) : fabricant nîmois, auteur du traité  » Sur l’art du fabricant de soie  » qui permit le perfectionnement de la production des tissus de soie.

Jean PaulhanPaulhan Jean : (1884-1968), Jean Paulhan, né à Nîmes le 2 décembre 1884 et mort à Paris le 9 octobre 1968, est un écrivain, un critique et un éditeur français, directeur de la Nouvelle Revue française de 1925 à 1940 et de 1946 à 1968.

Pradier (1792 – 1852) Nommé professeur à l’Ecole des Beaux Arts, officier de la Légion d’Honneur, sculpteur néoclassique qui se laissera influencer par le courant romantique, on lui doit, à Nîmes, la Fontaine de l’Esplanade.

Rabaud Saint-Etienne Jean-Paul : (1743-1793) : Ce pasteur nîmois a été député du tiers état aux états généraux de 1789. Président de l’Assemblée constituante en 1790, il est exécuté en 1793. On lui doit l’article X de la Déclaration des droits de l’homme « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions même religieuses … ».

Jean reboul statue jardins de la fontaine nimesReboul Jean : dit « le Boulanger de Nîmes » Poète français (Nîmes, 1796 -, 1864). Il composa des poèmes mélancoliques (l’Ange et l’Enfant, 1828). Le dernier jour, poème en dix chants, accompagné de notes et suivi d’une lamentation à la ville de Nimes. Il écrivit également en langue d’oc. Son principal recueil est Poésies (1836). Un socle mouluré de plan rectangulaire à emmarchement de pierre orné de bas-relief en marbre et supportant une statue en marbre le représentant est visible dans le Jardin de la Fontaine.

rivarolRivarol : (1753-1801), né à Bagnols-sur-Cèze. Antoine de Rivarol monte à Paris pour faire carrière dans le monde des lettres. Il est l’auteur de la célèbre apologie de la langue française : ‘Discours sur l’universalité de la langue française’ en 1784.

 Rossel Louis : (1844-1871) : né en 1844 à Saint-Brieuc et mort en 1871 à Satory (enterré à Nîmes); homme politique et militaire français (Colonel). Il est le seul officier de l’armée française à avoir rejoint la Commune de Paris en 1871 et a y avoir joué un rôle important. Il est le fils du colonel Louis Rossel et de Sarah Campbell (Écossaise), frère d’Isabella et de Sarah ; issu d’une famille bourgeoise protestante nîmoise, et descendant de camisards cévenols (de Saint-Jean-du-Gard). La famille de Rossel est républicaine : son père, officier, refusa de prêter serment à Napoléon III.

Roumieux Louis : ( né (1829) et décédé (1894) à Nîmes. ) est un poète provençal du XIXe siècle, Louis Roumieux est un poète comique, un des rares a réussir à percer dans la culture provençale. Proche de Frédéric Mistral et du Félibrige, il participera activement à la renaissance de la culture provençale.

Salles-Wagner Jules : (1814-1898) : peintre de grande renommée. Son style est typique du modèle néo-grec français. Certaines de ses réalisations on été inspirées par les fresques de Pompéi. Il fut le donateur de la Galerie Jules Salles à Nîmes.

Séguier Jean-François : (1703-1784) : Numismate, naturaliste, légua à Nîmes, sa ville natale, sa bibliothèque, ses manuscrits, ses médailles, son cabinet d’histoire naturelle ainsi que sa maison.En 1755, ayant perdu son ami, il décide de quitter l’Italie et venir s’installer à Nîmes. Il rapporte avec lui une riche collection de médailles, de livres, de spécimens naturelles, de minéraux, fruit de vingt-trois ans de labeur. Séguier se consacre à l’étude des monuments de l’ancienne Nemausus, sa ville natale, notamment à la Maison Carrée. Ancien temple romain, construit au tournant de l’ère chrétienne, entre 5 av. J.-C. et 5 ap. J.-C. par Marcus Vipsanius Agrippa, le gendre de l’ empereur Auguste, l’édifice portait sur son frontispice, inscrite en lettres de bronze scellées dans la pierre, une dédicace expliquant son rôle. Ces lettres ont ensuite disparu ! Les trous de scellement sont encore visibles. C’est grâce à la disposition de ces trous que le grand érudit nîmois Jean-François Séguier est parvenu en 1758 à recomposer le texte original. Cela disait ceci : « A Caius consul et Lucius consul désigné, fils d’Auguste, princes de la jeunesse ». Il termine un important manuscrit portant sur les inscriptions latines, Inscriptionum antiquarum index absolutissimus, in quo græcarum latinarumque inscriptionum quæ in editis libris reperiri potuerunt prima verba describuntur, etc., Etruscarum et exoticarum indice ad calcem adjecto, en huit volumes mais cet ouvrage n’est pas édité. Il est nommé associé libre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1772. Il entretient une riche correspondance avec les savants de son temps et exerce une influence considérable sur les jeunes gens de sa ville. Il reçoit la visite des nombreux intellectuels comme les naturalistes Antoine Gouan (1733-1821) ou Dominique Villars (1745-1814).

Sigalon Xavier : (né en 1787 à Uzès, mort en 1837 à Rome) Peintre romantique de l’École française. La majorité de ses œuvres est exposée au Musée des Beaux-Arts de Nîmes ainsi qu’à la Cathédrale.

Paulin TalabotTalabot Paulin : (1799- mort à Nîmes en 1885) Industriel né à Limoges, il construit le premier chemin de fer gardois (Alès-Nîmes-Beaucaire). Il est élu Président du Conseil Général de 1865 à 1870.

Viallat Claude : Peintre, né à Nîmes en 1936, co-fondateur et animateur du mouvement « Support-Surface ».

D’autres personnalités du Gard

Albignac Louis Alexandre d’Albignac, baron d’Albignac d’Arrel : général né le 22 mars 1739 à Arrigas (Gard), mort le 17 janvier 1825 au Vigan. devait s’illustrer dans la défense de la Révolution répondant « au premier coup de cloche de la Révolution… dans la seule idée que les anciens abus seraient corrigés ». Son ami , Henry Quatrefages de Laroquète, ayant préféré renoncer à ses fonctions de maire du Vigan, qu’il jugeait impossibles à assumer en raison de sa présence nécessaire à l’Assemblée nationale pour élaborer la Constitution, Louis Alexandre est installé maire du Vigan le 11 mars 1790.

Albert Charles d’, duc de Luynes, né à Pont-Saint-Esprit en 1578. Favori de Louis XIII, il influença le roi pour se débarrasser de Concini en 1617. Nommé connétable en 1621,il devint le vrai dirigeant du royaume. Mort en 1621 à Longueville.

Allier Raoul (Né à Vauvert 1862-1939) est un pasteur protestant, professeur de théologie et de philosophie (Docteur) originaire du Gard. Il influença la conception libérale (c’est-à-dire, une séparation complète et définitive des Églises et de l’État) de la loi de Séparation des Églises et de l’État en 1905. C’est également un grand dreyfusard. Devenu doyen de la Faculté de théologie de Paris en 1920, il fait adopter une politique ambitieuse d’accueil d’étudiants étrangers et de contacts avec les étudiants d’Europe centrale et orientale.

Arnal Etienne d’ : né à Valleraugue en 1773, mort à Nîmes en 1801, fut d’abord prêtre. Il quitta l’état ecclésiastique pour se consacrer à la mécanique : il fut l’inventeur d’une machine à vapeur destinée à remonter les bateaux sur les cours d’eaux navigables.

Arnavielle Albert (1844-1957) : Poète languedocien, né à Alès, félibre apprécié de Mistral, créa la société félibréenne  » La Tabo « .Baduel Claude (1499-1559) : Principal du collège ès-art de Nîmes.

Beaumelle ( Laurent Angliviel de La ) (1736-1776) : né à Valleraugue, fut un écrivain estimé à qui Voltaire avait voué une haine féroce.

Baduel Claude : écrivain français, né a Nîmes, à la fin du XVe siècle. Lorsqu’en 1539, François Ier établit un collège des Arts à Nîmes, la place de recteur lui fut offerte. Professeur protestant qui donna une traduction des sermons de Calvin, il fut un bon orateur et excellent latiniste. Claude Baduel mourut à Genève, en 1561.

Baux Salomon (1612-1654) : médecin de renom et le cofondateur du Collège Royal de Nîmes.

Baux Pierre , issu d’une famille protestante de grands médecins nîmois, est un médecin, météorologiste, botaniste et naturaliste français, né le 20 mai 1708 à Nîmes (Gard), décédé le 29 octobre 1790 à Nîmes.

Bosc Auguste : (1828-1878), sculpteur né à Nîmes, élève de Pradier, qui a laissé son nom et sa marque sur de nombreux bustes et statues qui ornent la ville de Nîmes.

Boissier de Sauvages François (1706-1767) : né à Alès, fut docteur, auteur d’ouvrages de médecine, de botanique et professeur à la faculté de médecine de Montpellier.

Brès Madeleine : (née le 26 novembre 1842 à Bouillargues et décédée en 1921 à Paris) est la première femme française à obtenir le diplôme de docteur en médecine.

Bridaine Jacques , missionnaire français, (né le 21 mars 1701 à Chusclan – mort le 22 décembre 1767 à Roquemaure). Ses sermons ont été publiés en 1821, par A. Seguin, Avignon, 5 volumes in-12. On lui doit également ‘Cantiques spirituels’.

Cassagnes Jacques (1499-1559) : Ecrivain, orateur, né à Nîmes, traduisit les Dialogues de Cicéron et L’Histoire de la Guerre des Romains de Saluste.

Cappeau Placide : né le 25 octobre 1808 et décédé le le 8 août 1877 à Roquemaure. Négociant en vins et spiritueux de profession, il est également poète et auteur du texte du célèbre chant le « Minuit Chrétiens ». Il écrivit également « Le château de Roquemaure » publié en 1876 (« poème historique en vingt chants » de plus de 9000 vers français), « Le roi de la fève », « La poésie », « Le papillon » et « La rose ». Il reçut dans ses salons les grands noms du Félibrige notamment Frédéric Mistral, Joseph Roumanille, Alphonse Daudet… Il fut également en relations avec Alphonse de Lamartine.

Chabrol Jean-Pierre : né le 11 juin 1925 à Chamborigaud (Gard) et mort le 1er décembre 2001 à Génolhac (Gard), écrivain: Grands thèmes de son œuvre : la Cévenne, l’épopée des Camisards, le maquis et surtout les petites gens, le peuple qu’il a si bien décrit. C’est à la rédaction du journal l’Humanité où il travaille en tant que dessinateur puis comme journaliste (il en deviendra chef de rédaction) qu’il rencontre Louis Aragon qui l’encourage à écrire son premier roman, La dernière cartouche. D’autres suivront régulièrement dont Le bout-galeux qui obtient le Prix populiste. Malgré son éloignement du Parti communiste en 1956, ses livres sont traduits en allemand (RDA), tchèque, bulgare,… Il est l’ami de Georges Brassens, Léo Ferré, Jacques Brel, Pierre Mac Orlan,….

Darboux Jean Gaston , né le 14 août 1842 à Nîmes et mort le 23 février 1917 à Paris, est un mathématicien français. Reçu docteur ès sciences mathématiques en 1866, il devient maître de conférences à l’École normale supérieure. Il est suppléant de la chaire de mécanique rationnelle de laFaculté des sciences de Paris de 1873 à 1878, puis suppléant de la chaire de géométrie supérieure de 1878 à 1880. Il succède en 1881 à Michel Chasles à la chaire de géométrie supérieure. Ses travaux concernent l’analyse (intégration, équations aux dérivées partielles) et la géométrie différentielle (étude des courbes et des surfaces). Ils ont été une source d’inspiration pour les frères Cosserat (« milieux à directeur ») aussi bien que pour Henri Cartan (« méthode du repère mobile »). Il reçoit en 1876 le grand prix de l’Académie des sciences, dont il est élu membre en 1884

Doze Melchior : (né à Uzès 1827 mort à Nîmes en 1913) Peintre qui se consacra presque exclusivement à l’art chrétien, également portraitiste. Ses oeuvres se retrouvent dans de nombreuses églises du Gard (Beaucaire, St-Gilles, Vers,…) ainsi que dans la Cathédrale St-Castor de Nîmes.

Florian Jean-Pierre Claris de : né près de Sauve le 6 mars 1755 et mort à Sceaux le 13 septembre 1794, est un auteur dramatique, romancier, poète et fabuliste. Jean-Pierre Claris de Florian est particulièrement connu en tant que fabuliste, ses fables étant unanimement considérées comme les meilleures après celles de Jean de la Fontaine.

Guiraud Claude (XVII° siècle) : Physicien-mathématicien, né à Nîmes, apprécié de Descartes et Gassendi qui tirèrent parti de ses observations. Il écrivit un grand nombre d’ouvrages de physique et de mathématiques qui, selon, sa volonté, n’ont jamais été publiés.

Guizot François (né en 1787 à Nîmes – mort en 1874) : historien, écrivain et homme politique, Président du conseil en 1847…. A fait voter en 1841 une loi interdisant de faire travailler les enfants dans les manufactures au-dessous de l’âge de huit ans et a demandé à plusieurs reprises l’abolition de l’esclavage dans les colonies.

Lacroix Mathieu :  né en 1819 à Nîmes – mort en 1864 à La Grand-Combe . Poète occitan, dit « lou Troubaïré Massoùn ». Il mourut en 1864, et le poète félibre ( Félibre : Poète ou prosateur en langue d’oc) Albert Arnavielle, originaire d’Alès, lut une poésie sur sa tombe.

lafont-bernadetteLafont Bernadette : Actrice, née le   et décédée le à Nîmes. Fille de protestants des Cévennes, née à la Maison de santé protestante , elle grandit à Saint-Geniès-de-Malgoirès où son père est pharmacien puis fait ses études au lycée Feuchères de Nîmes. Bernadette Lafont se destine à la danse et s’entraîne régulièrement à l’opéra de de sa ville natale. Elle a tourné dans de nombreux courts et longs métrages et à participé à des oeuvres pour la télévision. Bernadette Lafont est également montée sur les planches de scènes de théâtre. En 2003 elle reçoit le César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Elle decède à Nîmes le 25 juillet 2013. Ses obsèques ont eu  lieu au temple protestant de Saint-André-de-Valborgne, Le réalisateur Jean-Pierre Mocky a déploré l’absence totale de la profession et du gouvernement lors de ses obsèques. Bernadette Lafont a publié plusieurs ouvrages dont son autobiographie, La Fiancée du cinéma. Elle est faite officier de la Légion d’honneur le 14 juillet 2009. En 2010, elle reçoit la médaille de l’ordre national du Mérite et de l’ordre des Arts et Lettres. Le théâtre municipal de Nîmes, sa ville natale, porte son nom depuis le 25 octobre 2013

Larguier Léo : (né le 6 décembre 1878 à La Grand-Combe – mort le 6 décembre 1950 à Paris) est un poète, nouvelliste, critique et essayiste. Né dans les Cévennes d’une vieille famille de paysans huguenots, il vint à Paris vers l’âge de 20 ans. Dès lors il ne quitta plus guère Saint-Germain-des-Prés dont il devait devenir l’historien. Il posait au poète « à l’ancienne », et écrivait de même. Il écrivit de nombreux ouvrages : romans, critique, essais, pièces de théâtre… Il fit partie de l’Académie Goncourt..

Lazare Bernard : (né le 15 juin 1865 à Nîmes mort en 1903) fut simultanément critique littéraire, journaliste politique (il couvre les évènements de la mine de Carmaux, il dénonce les crimes contre les Arméniens), anarchiste et polémiste. Il fut le premier des dreyfusards.

Levieux Reynaud : (Né à Nîmes 1613 mort à Rome en ?1694?) Son art, d’un austère classicisme hérité de Raphaël et d’un réel raffinement dans la facture soignée et les gammes de couleurs sobres, a été récemment remis à l’honneur.

Liger Christian :  écrivain français né à Nîmes le 24 août 1935, décédé à Nîmes en 2002. Son dernier livre, Le Roman de Rossel (biographie romancée de l’officier Ministre délégué à la Guerre de la Commune de Paris Louis-Nathaniel Rossel) a obtenu : le Grand Prix du Livre d’Histoire de la Société des Gens de Lettres 1998 – la bourse Goncourt de la Biographie 1998, décernée la samedi 26 septembre à Nancy, à l’unanimité – le prix Michel Dard 1999. Christian Liger était membre de

l’Académie de Nîmes :  société savante fondée en 1682. Ses activités ont essentiellement trait à l’histoire locale et la valorisation du patrimoine.  L’Académie royale de Nîmes reçoit en août 1682 des lettres patentes la faisant jouir de privilèges semblables à ceux de l’Académie française . Elle compte aujourd’hui soixante membres ordinaires (trente-six résidants et vingt-quatre non résidants), des membres honoraires et plus de cent correspondants. Ses séances ordinaires ont lieu tous les quinze jours d’octobre à juillet et elle tient une séance annuelle en début d’année. Elle publie régulièrement depuis 1804 un tome de Mémoires annuel et depuis 1842 un Bulletin trimestriel des séances. L’Académie a conservé son sceau d’origine, représentant une couronne de palmes, au milieu de laquelle figure sa devise « Aemula/Lauri/1682 » avec un complément plus tardif : « Académie de Nîmes »

Ozi Étienne (Nîmes, 9 décembre 1754 – Paris, 5 août 1813) est considéré comme le plus grand bassoniste de son temps. compositeur et pédagogue français.

Perrier François (Général) (1834-1888) : Né à Valleraugue, Après avoir fini ses études au lycée de Nîmes et au collège Sainte-Barbe à Paris, il fut reçu à l’École polytechnique en 1853, et en sortit officier en 1857. Officier doublé d’un savant, membre de l’Académie des Sciences, fit construire l ’observatoire du Mont Aigoual et la route pour y accéder. Il fit poser le premier câble sous marin reliant la France à la Corse et l ’Algérie. Élu conseiller général du Gard en 1880, il devint ensuite président du Conseil général entre 1883 et 1888. Il reçut en 1887, un an avant sa mort, les étoiles de brigadier-général.

Perrier : Docteur, en 1865, une fois ses études terminées, il s’installe à Nîmes pour pratiquer. Tout en dirigeant l’établissement thermal d’Euzet-les-Bains, rédige de nombreux articles sur les vertus des eaux thermales et dépose de multiples brevets. En 1898, il achète la source (Au 19ème siècle, Napoléon III classe cette eau minérale afin de l’exploiter en tant qu’établissement thermal) et l’Etablissement Thermal de Vergèze se transforme en Société des Eaux Minérales, Boissons et Produits Hygiéniques de Vergèze..

Pitot Henri : né à Aramon  le 29 mai 1695 et mort à Aramon le 27 décembre 1771, est un ingénieur en hydraulique français, inventeur du tube de Pitot qui sert à mesurer la vitesse des fluides.

Poise Jean-Alexandre-Ferdinand : Né 3 juin 1828 à Nîmes, le 13 mai 1892 à Paris, (enterré au cimetière du Père-Lachaise) est un compositeur d’opéra-comique dont il a écrit les livrets ou participé à leur rédaction. Son premier opéra est Bonsoir voisin (1853), qui décide de sa carrière et demeure son succès le plus durable. Alphonse Daudet est son librettiste pour Les Charmeurs (1855) et Les Absents (1864)..

Quatrefages de La Roquette Henri : Henri Quatrefages de La Roquette naquit au Vigan (Gard) le 15 juin 1731. En 1789, il fut député à la Constituante par la sénéchaussée de Nîmes et Beaucaire. Il prêta le serment du Jeu de Paume, fut nommé maire du Vigan en 1790, charge dont il démissionna en raison de sa fonction de député. Il fut aussi conseiller d’arrondissement du Gard. C’est grâce à ses efforts que le Vigan doit d’être un chef-lieu du département. Il fut inquiété sous la Révolution comme « fédéraliste », mais remis en liberté. Il mourut au Vigan le 8 avril 1824.

Questel Charles Auguste : (1807-1888) Il fut architecte diocésain de Nîmes, on lui doit à Nîmes l’église Saint-Paul. Il fut aussi chargé des monuments romains de Nîmes, du pont du Gard.

Revoil Henry Antoine : ( 1822-1900 ). Architecte, a travaillé, à Nîmes, à la restauration de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor. Avec Charles Questel, il dirige des fouilles, consolide et restaure les monuments gallo-romains à Nîmes. Il réalise également des temples comme celui d’Alès et l’église de Rochebelle dans la même ville, de nombreuses églises telles celles, entre autres, de Bessèges, Saint-Ambroix, Ganges, Manduel, Marguerittes, Aimargues ou encore des groupes scolaires tel celui du petit village de Congénies dans le Gard en 1867.

Rossel (Louis-Nathaniel Rossel), né le 9 septembre 1844 à Saint-Brieuc et mort (exécuté) le 28 novembre 1871 à Satory (enterré à Nîmes) ; homme politique (un des principaux acteurs de la Commune de Paris) et Colonel de l’armée française. Il est le seul officier de l’armée française à avoir rejoint la Commune de Paris en 1871 (dès le 19 mars) et a y avoir joué un rôle important (Ministre de la Guerre).

Subleyras Pierre (1699-1749) : Peintre né à Uzès, a donné – entre autres – deux tableaux très estimés : ‘ Le Serpent d’Airain ‘ et ‘ Saint-Bruno’.

Traucat François : Jardinier nîmois rendu célèbre par son infructueuse tentative de découvrir un trésor qu’il croyait enfoui dans la Tour-Magne. Il incita à la plantation du mûrier en Languedoc et en Provence.

Triaire Pierre : Né au Vigan en 1771, sergent de canonniers, il se fit sauter en 1799 à El-Arisch avec l’armée turque qui se préparait à occuper la place.

Vayrasse d’Alais Denis (XVII° siècle) : grammairien et écrivain, né à Alès, à qui on doit une Grammaire méthodique.

Valz Jean Elias Benjamin (27 mai 1787 – 22 avril 1867) est un astronome français de renommée internationale, Chevalier de la Légion d’honneur. Il est enterré au Cimetière protestant de Nîmes. Il découvrit depuis son observatoire de Nîmes la planète qu’il surnomma Nemausa.

PREMIÈRE PAGE


Catégorie(s) de cet article : LE GARD, Un peu d'Histoire

« La Vernarède, Vabres | Cabrières, nichée au creux des coteaux de la garrigue »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.