Le vendredi 23 août 2019 . Bienvenue à Nîmes, dans le Gard

Nemausus.com

Nîmes. Le Gard. Où sortir ? Que voir, que faire ?

Sponsors :

Saint-Félix de Pallières, les dolmens🖍

Sur Facebook
Loading😍 Cet article dans votre bloc-notes

Ce village est situé près d’Anduze,

Tornac, Vabres et Monoblet, à la limite de la Gardonnenque et des Cévennes, sur l’emplacement d’une villa romaine : la « Villa San Felicia ». Site montagneux et boisé, au contrefort des Cévennes. Bois de Bane. Mont Cerviers (386 m). Sommet du Pié Raou (482 m). Les mines de métaux non ferreux paraissent avoir été exploitées dès les Romains et l’exploitation a perduré jusqu’en 1970.

À VOIR, À VISITER…

Vestiges préhistoriques : Dolmens chalcolithiques de la Grande Pallière.

L’église romane 11ème/12ème fut incendiée par les Camisards le 26 janvier 1703, restaurée 17ème (MH). La nef, longue d’une vingtaine de mètres, ne comporte pas de bas-côtés. Contre le mur à gauche se trouve la dalle tombale de la marquise Françoise de Claret, morte en 1649.

Château 12ème remanié 17ème et 18ème, dit des « Trois Seigneurs » : grosse tour ronde (chapelle romane,incendié en 1702 pendant les guerres de religion puis à la révolution en 1793. (Bien privé, ne se visite pas).

Ancien prieuré de Lale : arche d’entrée et cour intérieure.

Moulins d’Arnaud et du Baron.

Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) PRAIRIES HUMIDES DE L’EUZIÈRE : 4550 Ha.

Ces prairies sont desservies par des routes et des chemins. Quelques parcelles sont cultivées près du montaud.

Au sud-est de Saint-Félix-de-Pallières, dans les basses Cévennes calcaires, ce site comprend un ensemble de prairies humides entourées de haies continues et entrecoupées de cultures, de vignes et d’habitations (centre de l’Euzière, le montaud). Cette zone humide est entourée par une garrigue à Chêne vert (Quercus ilex).

La délimitation du site est basée essentiellement sur des critères liés à la nature de la végétation et à l’hydromorphie du sol. Les limites retenues dessinent deux unités séparées : Elles englobent l’ensemble des zones humides, ainsi que les cultures annuelles. Elles excluent par contre la forêt, la vigne, les habitations.

Richesse patrimoniale : La flore comprend deux plantes protégées sur le plan national mais courantes dans la région :

colchicum neapolitanum : 12 stations dans le département ; cette espèce n’a cependant pas été revue récemment

– Barlia robertiana, ainsi que plusieurs espèces rares sur le plan régional : Neotinea maculata : une station répertoriée dans le département ;

 Ophioglossum vulgatum et Adonis flammea : 5 stations répertoriées dans le département ; ces espèces n’ont cependant pas été revues récemment. – Serapias vomeracea – Limodorum abortivum.

Outre la présence d’une flore rare et protégée, les zones humides, de par leur rareté et leur richesse, constituent un élément irremplaçable du patrimoine écologique de notre territoire. Elles sont par ailleurs en voie de régression sur tout le territoire national.

La diversité végétale est grande : près d’une dizaine d’espèces d’orchidées y ont été inventoriées.

Bibliographie – Source AUBIN – Catalogue des plantes vasculaires du Gard. Révision des orchidacées. CORRE J.J – Plantes rares et menacées du Gard. Conservatoire Botanique du Gard. DABONNEVILLE F. – Botaniste – Communication orale. Maîtrise d’ouvrage : Ministère de l’Environnement Maîtrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maîtrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maîtrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE montpellier)

238 habitants
MAIRIE : 30140 ST FELIX DE PALLIERES Tél : 04 66 61 64 45
icon-car.pngFullscreen-LogoQR-code-logo
Anduze

chargement de la carte - veuillez patienter...

Anduze 44.053386, 3.986510
« Aigues-Mortes, ses remparts et la tour de Constance | Le Cailar, gardians, chevaux, taureaux et marais du Vistre. La Camargue »
Sponsors :