Le mercredi 4 décembre 2019 . Bienvenue à Nîmes, dans le Gard

Nemausus.com

Nîmes. Le Gard. Où sortir, que voir, que faire ?

Sponsors :

Saint-Laurent Le Minier, des ponts et des grottes.

Partage Facebook
| Paru, le : 15 novembre 2010
Loading
😍 Cet article dans votre bloc-notes

Vestiges préhistoriques et antiques : Grotte fortifiée des Camisards,

(Les protestants tenaient leurs « assemblées du désert » dans la grotte du pic d’Anjau ; celle du 1/6/1694 finit tragiquement.)

Occupation romaine. Gisements de calamine exploités dès avant I’époque romaine. Dépendance de la baronnie d’Hierle, possession des Pierrefort, puis des Montfaucon jusqu’au 17ème.

Saint-Laurent possédait usine de fabrication des métaux (haut fourneau, usine à zinc) dite usine à fer Carrière, puis usine des Mines des Malines,en 1857. Arrêt des fours vers 1950 après la construction des nouveaux ateliers des malines et démolition des fours et parties industrielles. Le site industriel était desservi par voie particulière.

Papeterie créée par le marquis de Lavalette, propriétaire du château de Saint-Laurent, en 1691.

Arrêt vers 1703 (guerre des Camisards) . Reprise en 1726. Transformation en moulinerie de soie vers 1891. Inondation en 1900 et vente à la S.A. des Mines des Malines qui transforme en annexe de l’ usine à zinc située à côté, en particulier atelier de démagnétisation vers 1925. Fin vers 1955 et transformation en maisons. Parties industrielles situées en bord de Vis détruites par la crue de 1958.

L’exploitation minière a cessé depuis 1991.

St-Laurent-Le-Minier est situé à la limite du département de l’Hérault. Le village est traversé par la Crenze et le Naduel. Neuf ponts dans le village.

Du pont qui enjambe la rivière «la Vis», la cascade de la Meuse apparaît dans son cadre de verdure et de rochers. La puissance de la chute d’eau produit un nuage de gouttelettes et donne une ambiance un peu magique.

À VOIR, À VISITER :

Grotte des Ducs : (les squelettes innombrables ont été broyés pour servir d’engrais). Grotte-habitat du pic d’Anjau : mobilier du chalcolithique.

La commune possédait également au 19 siècle des filatures de soie prospères : Filature Foulquier 1, Auguste Carles, Barral, Coularou, Nouzeran, Foulquier 2 et filature de soie Salles.

Château 17ème de style baroque (IMH) : 2 pavillons prolongés par des avant-corps, corps de logis coiffé de frontons, terrasse à balustres; jardin à la française, sculptures, buffet d’eau 18ème, nymphée, aqueduc, système hydraulique (IMH).

Beaux hôtels particuliers.

La glacière de St-Laurent-le-Minier :
Jusqu’à l’avènement de la glace industrielle au milieu du 19ème siècle permettant un approvision-nement permanent, on récoltait, notamment dans nos régions, la glace ou la neige soit en montagne, soit un peu partout les jours de grand froid, près des sources, dans divers lieux humides, mais aussi dans des bassins de congélation spécialement construits dans ce but.

La glace récupérée était stockée dans des glacières généralement de forme cylindrique, dotée de murs de pierre très épais, d’une voûte en pierre et d’une ouverture relativement étroite permettant de la remplir, mais aussi de récupérer la glace durant les périodes chaudes.

Ces bâtiments étaient souvent en partie enterrés et naturellement plutôt orientés au nord. A partir de ces lieux de conservation, la glace était répartie au niveau de nombreuses communes. C’est ainsi que chacun pourra vérifier l’existence fréquente de « rue de la Glacière » ou de lieux-dits « La Glacière ».

La VIS forme une large cascade dont le site a été classé. Un pont de pierre du quinzième et seizième siècles enjambe la Vis immédiatement en aval de la cascade.

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) RIPISYLVE DE LA VIS EN AVAL DE MADIERES : 160 Ha  En période estivale le cours d’eau est fréquenté par les baigneurs en certains points accessibles et pendant toute l’année par les chasseurs et les pêcheurs. Signalons aussi la présence d’un élevage piscicole au Claux. Le long de la Vis entre MADIÈRES et la confluence avec l’Hérault, se développe une végétation arborescente linéaire caractéristique des bords des eaux.

Cette ripisylve à structure et essences très variées est composée essentiellement du Saule , du Frêne , de l’Aulne et du Peuplier noir. Le sous-bois luxuriant est parfois impénétrable ; on y observe la Clématite , la Ronce… L’ensemble prend quelquefois la forme d’une véritable forêt « galerie » où s’enchevêtrent arbres, arbustes et lianes. La délimitation de la zone est basée sur des critères liés à la végétation. La limite englobe la haie d’arbres à feuillage caduque, propre au bord des eaux, qui s’identifie facilement par rapport aux chênes verts peuplant les versants de la vallée.

Richesse patrimoniale : Malgré le grand nombre d’espèces floristiques identifiées (plus de 150) aucune espèce rare n’a été répertoriée.

Cingle plongeurbergeronette des ruisseaux : Les bords de nombreuses espèces d’oiseaux peuplent cette ripisylve. Ce sont des espèces communes, mais qui sont inféodées sur le Larzac seulement aux ripisylves (seul milieu frais dans cet environnement aride).

es eaux abritent notamment le Cincle plongeur et la Bergeronnette des ruisseaux.

La présence sporadique du Castor a été signalée. La rivière et les formations arborescentes qui l’entourent, constituent en région méditérranéenne, les reliques d’une végétation des régions tempérées. Jadis très étendue, cette formation ne subsiste plus le long des berges des cours d’eau et est souvent réduite à une simple haie.  La ripisylve de la Vis offre une zone d’intérêts écologique et paysager remarquables ; elle est en effet : une zone de passage et de reproduction pour de nombreuses espèces d’oiseaux, d’origine plus nordique, et qui trouvent là les seuls milieux favorables à leur maintien sous un climat méditerranéen – une zone de refuge pour une flore spécifique, diversifiée et très riche – une « coupure verte » et humide au sein d’un environnement très aride.

Bibliographie – Source DENELLE N. – CNRS, CEFE, Montpellier. Communication orale. G.R.I.V.E. – AVEN – Valorisation des potentialités floristiques et faunistiques et protection du patrimoine naturel de la région de Navacelles – CAUE.

office de tourismeL’OFFICE DE TOURISME PAYS VIGANAIS : Maison de Pays Place du Marché – BP 21001 30123 LE VIGAN CEDEX 00 33 (0)4 67 81 01 72 / Fax : 00 33 (0)4 67 81 86 79

Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h, le samedi de 8h30 à 13h. * En saison du lundi au samedi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 19h, le dimanche et jours fériés de 10h à 13h.

LES COMMUNES DU PAYS VIGANAIS :

Alzon Arphy Arre Arrigas Aulas Aumessas Avèze Bez et Esparon Blandas Bréau-et-Salagosse Campestre et Luc Le Vigan Mandagout Mars Molières – Cavaillac Montdardier Pommiers Rogues Roquedur St Bresson St Laurent Le Minier Vissec

363 habitants
MAIRIE : place Louis Serre 30440 ST LAURENT LE MINIER – Tél : 04 67 73 85 10
icon-car.pngFullscreen-Logo
Saint-Laurent le Minier

chargement de la carte - veuillez patienter...

Saint-Laurent le Minier 43.931622, 3.656360

Catégorie(s) de cet article : Villes et villages du Gard

« Saint-Jean du Pin, et le château de Sauvage | Saint-Paul-la-Coste, les Hautes vallées du Gardon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.