• Sponsors :

Saint-Privat-de-Champclos, les Côtes du Vivarais

Publié, le :

Siège d’un monastère, construit sur le lieu où aurait vécu

et serait mort saint Ferréol.  Saint Privat de Champclos (Sanctus Privatus de Campo-Clauso) existait déjà en 1384, un dénombrement des villages de la région le prouve.

St Privat de Champclos appartenait jadis à la viguerie et au diocèse d’Uzès, doyenné de Saint Ambroix. Ce prieuré séculier était à la collation de l’évêque, mais les barons d’Avéjan prétendaient avoir droit de représentation. On comptait 6 feux en 1384. Sur le territoire de cette commune on remarque les ruines d’un château et l’ermitage de St Féréol. Les armes de cette communauté étaient d’argent à une bande losangée d’or et de sable.

Les Camisards brûlèrent I’église de Cabiac en 1703, puis celle de Saint-Privat.

Saint-Privat-de-Champclos est composé de 9 hameaux (Cavène, Cabiac, Russargues, Le Serras, Vivantony, Le Mas, Les Taulelles, Signargues, Linde). Village perché et typique :

À VOIR, À VISITER…

Vestiges préhistoriques : Site  paléolithique (acheuléen) du mas Signargues ( Objets en présentatio au musée du Colombier à Alès.

Cabanes en pierres sèches ( Capitelles  ), dites ‘Oustalets’ dans la région

Dans les garrigues, construction traditionnelle d’appoint, de forme arrondie, entièrement bâtie en pierres sèches. Servait de lieux de stockage d’outils ou d’abris pour les bergers et ouvriers agricoles.

Le terme « capitelle » est la francisation du nom languedocien féminin capitello (en occitan normalisé capitèla), désignation morphologique à rapprocher du français chapiteau ( Un chapiteau est une grande tente où se produisent les cirques ; En architecture, un chapiteau est…), pris dans le sens de couverture mobile de moulin (Un moulin, du latin molinum issu de mola meule, est une machine destinée à moudre les grains de céréale en farine.) à vent ou de grande tente de cirque, ou encore du forézien chapitella, désignant une étable, une cabane, un hangar.

Le terme désignait à l’origine une cabane de vigne édifiée par un membre du petit peuple (Le terme peuple adopte des sens différents selon le point de vue où l’on se place.) des villes gardoises dans une parcelle conquise sur la garrigue péri-urbaine, aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Le mot tend actuellement à dépasser les strictes frontières du département du Gard et son emploi se généralise dans la littérature touristique pour désigner la même construction en d’autres départements du Languedoc : Ardèche, Hérault, Aude.

Ruines du château de Ferreyrolles 12ème/13ème; vestiges de tour.

Eglise d’origine romane, reconstruite 19ème. Chapelle Saint-Sébastien réputée pour la guérison des maladies d’enfants.

Chapelle Saint-Ferréol, ancien monastère gothique 13ème et ermitage. C’était le lieu de prière et de méditation pour une petite communauté de deux ou trois ermites de l’ordre des frères mandiants. Chapelle de Cavène 17ème/19ème.

TERRE DE VIGNOBLES :

La cave coopérative, créée en 1929, compte actuellement 76 adhérents et produit en moyenne 25 000 hectolitres sur 400 hectares de vignes. Elle regroupe les communes limitrophes de Saint-Privat-de Champclos, Montclus dans le Gard et Bessas, Vagnas, en Ardèche. Sa production s’est diversifiée avec la plantation de cépages recommandés (Grenache, Syrah, Cabernet-Sauvignon…) sur des sols de natures géologiques très diverses. La connaissance des sols, la maîtrise des rendements, l’implantation de cépages adaptés, le savoir-faire et la solidarité des coopérateurs ont permis les évolutions nécessaires à la production de vins de qualité.
5 communes du Gard produisent des vins d’appellation  » CÔTES DU VIVARAIS », classés en A.O.C : Les vins du Vivarais dans le sud-est du Massif Central ont une origine assez ancienne qui remonte à l’époque romaine mais son implantation s’est réellement développée au Moyen-âge. Ils ont constitué longtemps une production de petite qualité qui servait au coupage des vins du Midi

Dès la fin des années 1950 des vignerons ardéchois choisissent une politique nouvelle de production de qualité en implantant des cépages nobles et obtiennent le 8 août 1962 une appellation de vin de qualité supérieure (VDQS). Le débouché nouveau que constitue le tourisme qui se développe à l’époque en Ardèche et les incitations à la restructuration vinicole de 1972 et les aides de la Communauté européenne vont permettre la transformation du vignoble du Vivarais et son amélioration qui justifieront le classement en A.O.C en 1999.

BARJAC – ISSIRAC – LE GARN – MONCLUS – ST-PRIVAT DE-CHAMPCLOS

ZNIEFFZones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) : GORGES DE LA CÈZE : Superficie 1114 ha. La présence de belles gorges et de sites pittoresques rendent la vallée particulièrement attractive d’un point de vue touristique. De nombreux chemins et routes permettent
d’accéder au coeur des gorges et notamment à un camping, à un centre de naturisme et à un habitat dispersé (Saint-Ferréol, Valès…). Quelques cultures et une sablière sont implantées en bordure du cours d’eau. Entre THARAUX et MONTCLUS, la Cèze traverse des gorges pittoresques, étroites, encaissées et riches en éléments naturels et architecturaux remarquables. Dans les calcaires durs, la rivière a taillé un véritable canyon très sinueux dont les versants s’étagent en gradins structuraux vigoureux, développés sur plus de 150 m par endroits. De belles grèves se sont constituées dans les méandres.Elles sont accompagnées d’une ripisylve développée à Frêne , Saule et Peuplier . Les versants sont couverts d’une garrigue (haute et basse) à Chêne vert et d’un taillis de Chêne pubescent. La délimitation de la zone est nette, elle est liée à des critères géomorphologiques. La limite retenue englobe l’ensemble des gorges depuis Tharaux jusqu’à montclus qui contrastent avec les plateaux calcaires environnants. Richesse patrimoniale :  D’ordre faunistique et floristique : Les berges de la Cèze abritent quelques castors ; espèce protégée sur le plan national et inscrite sur le livre rouge des espèces menacées de France. Chez les oiseaux, on note la présence d’espèces protégées : le Martinet alpin – le Cincle plongeur Par ailleurs, les falaises étaient fréquentées jadis par l’Aigle de BonelliLa flore comprend plusieurs espèces peu communes dans le département : la Pivoine : espèce protégée et inscrite sur le livre rouge des espèces menacées de France : – l’Osmonde  royale ; – le Lis martagonOutre la présence d’espèces animales et végétales peu communes, cet espace offre : – un intérêt paysager : dans ce remarquable canyon se mêlent des formations dolomitiques, des abris sous roches, un milieu aquatique faiblement dégradé et des versants boisés. Sa présence accroît la diversité de la région des Garrigues.– un intérêt écologique : le milieu escarpé de ces gorges est d’une manière générale une zone d’accueil et de refuge pour une faune et une flore spécifiques des substrats dolomitiques méditerranéens ; bon nombre d’oiseaux y trouvent la tranquillité et des sites de nidification dans les cavités rocheuses. Les bords de la rivière sont très propices au développement d’espèces aimant les milieux frais et humides. Bibliographie – Source ANOTTA J.P. – C.O.GARD – Communication orale. S.C.P. CHAMBON et NEGRE – Etude paysagère des gorges de la Cèze. Ministère de l’Environnement, département du Gard. Maîtrise d’ouvrage : Ministère de l’Environnement Maîtrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maîtrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maîtrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE montpellier)

 

COMMUNES CONCERNÉES PAR CES UNITÉS DE PAYSAGE :

Allegre Barjac Bouquet Brouzet-lès-Alès Les Mages Les Plans Meyrannes Mons Navacelles Potelières Rivières Rochegude Rousson St-Ambroix St-Bres St-Denis St-Jean-de-Maruéjols-et-Avéjan St-Julien-de-Cassagnas St-Just-et-Vacquières St-Privat-de-Champclos St-Victor-de-Malcap Salindres Servas Tharaux

Aiguèze Barjac Cornillon Issirac Laval-Saint-Roman Le Garn Montclus St-André-de-Roquepertuis St-Christol-de-Rodières St-Jean-de-Maruéjols-et-Avéjan St-Privat-de-Champclos

Aigaliers Allegre Bouquet Brouzet-lès-Alès Fons-sur-Lussan Fontarèches Goudargues Issirac La Bruguière Lussan Méjannes-le-Clap Montclus Navacelles Rivières Rochegude St-André-de-Roquepertuis St-Jean-de-Maruéjols-et-Avéjan St-Just-et-Vacquières St-Privat-de-Champclos Seynes Tharaux Vallérargues Verfeuil

282 habitants
MAIRIE : place de la paix 30430 ST PRIVAT DE CHAMPCLOS Tél : 04 66 24 50 75
icon-car.pngFullscreen-LogoQR-code-logo
St-Privat de Champclos

chargement de la carte - veuillez patienter...

St-Privat de Champclos 44.286913, 4.368489

http://www.saintprivatdechampclos.fr/

FavoriteLoading - Cet article dans votre bloc-notes (4 maxi)


Lien pour marque-pages : Permaliens.
Sponsors :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.